ATTENTION! Tous les textes de ce site sont soumis aux droits d'auteur et possèdent un certificat de dépôt. Reproduction interdite sans autorisation !

THEORIE DE LA MAGIE SATANISTE
 


Par soucis d’hermétisme, je ne transmettrai pas ici les "clés" de la pratique magique. Seul l'initié ayant reçu l'initiation et la «passation des pouvoirs» est capable d’utiliser et de + ou - maîtriser les énergies mises en branle lors des travaux Occultes. Un profane voulant s’y essayer n’a aucune défense et il serait bien suicidaire de s'y prêter sans une initiation valable. A bon entendeur...

Sachez aussi une bonne fois pour toute qu'aucune magie ne s’apprend dans les livres et ce pour plusieurs raisons évidentes :
1) Souci d’hermétisme (comment croyez-vous que nous sommes toujours là?)

2) Ces "écrivains" ne font que retranscrire les informations bourrées d'erreurs et colportées à traver les ages par les uns et les autres. De plus, il faut préciser que rares sont ceux ayant reçu la véritable initiation magique, que ce soit chez ces "journaleux" que ces prétendus Mages, sorciers charlatans qui pululent et empestes nos arts et notre tradition.

A bon entendeur...


* PRINCIPES DE LA MAGIE

L'action de la magie Satanique consiste en l'utilisation d'énergies, le plus souvent celles de l’opérateur, concrétisées par les émotions intenses (égrégore parapsychique) comme celles engendrées par l'orgasme sexuel, la colère, la peur, le chagrin etc.

Ces énergies sont le plus souvent associées à d’autres appelées Egrégores et qui sont des masses vibratoires d’accumulation énergétique provenant de la terre (Tellurisme). Ces égrégores sont classifiés en 3 Groupes :

- Egrégores Endogènes (Intérieur/provenant de l’opérateur lui-même),
- Egrégores Périgènes (Environnent/émanant d’un ou plusieurs individus ayant conceptualisé certaines formes pensées, certains archétypes)

- Egrégores Exogènes (Extérieurs/Forces de la nature comme les forces Chthoniennes, les entités etc.).

La magie se base sur l'utilisation et la manipulation de ces égrégores pour atteindre ses propres buts. Il s’agit en quelque sorte de réservoirs énergétiques créés depuis que le monde et monde par l’humanité, à l'image de "l'inconscient collectif" de C.G. JUNG. Ceux ci sont constamment rechargés par le lien qui s'effectue entre le mage et la source d'énergie dans laquelle il puise.
Les Démons rentrent dans cette notion.

Ces énergies appelées Démons, anges ou autres proviennent toutes de la terre, malgré ce que certains pensent à tord en avançant l'argument d'entités cosmiques.

Le cosmique est un leurre car le seul répondant de la terre est l'ionosphère, pas le cosmos. Donc TOUTES les magies utilisent ces "Démons" ou énergies Chthoniennes malgré les "habits" (magie blanche, kabbale etc.) imaginaires créés par ses mages dogmatiques.

En effet, la polarisation d'un travail (blanc, rouge, noir etc.) est inhérent à l'opérateur et non à l'énergie en elle même, ce qui est une évidence.

La magie est un acte purement émotionnel et pratique. Toute activité intellectuelle doit avoir lieu avant la cérémonie et non durant celle-ci.
Le mage ne doit être qu'un simple "robot" se bornant à effectuer les tâches de son oeuvre. Pas besoin de jouer de la théatralisation dans son oeuvre ou encore d'y mettre de la terreur pour avoir des résultats.

La principale fonction du rituel est d'isoler l'énergie produite et de la convertir en une force dynamiquement transmissible sur un but précis à atteindre.

Rappelons que : les énergies utilisées dans la pratique magique ne sont que des "outils naturels" utiles aux réalisations de chacun.

Il ne s'agit que d'un ensemble de techniques visant à agir efficacement sur divers événements afin de devenir CAUSE et non EFFET.


Son fonctionnement est de modifier le champ vibratoire d’un être ou d’une chose dans un but précis et sous différents plans vibratoires. Pour cela, la magie se base sur deux principes que sont :

1) le principe d’ANALOGIE par l’utilisation des Dagydes ou/et photos. Ce principe part du postulat que chaque partie, si minime soit elle, d’un être vivant ou d’une chose est liée à son double intégrale par sa fréquence vibratoire. En agissant dessus, on contamine et transmet les effets désirés.

2) le principe de SYMPATHIE par l’utilisation de ce que l'on nomme "charges de pouvoirs" (Talismanie)
Ce principe affirme que toute parcelle de quelque chose transmettra par osmose les qualités de l’original comme par irradiations.

L’officiant oeuvrant dans son travail doit être un simple opérateur, un technicien, et ne doit en aucun cas s'impliquer personnellement dans son ouvrage sous peine au mieux d’échec cuisant ou au pire de sérieux dangers.

Les 5 ingrédients intervenants dans le rituel sont :

I - LE DÉSIR

C’est ce que les sorciers nomment ‘le vouloir’, ‘la force volitive’ qui est le plus grand principe magique.
Le mage doit "vouloir" fortement pour réussir son oeuvre sous peine d'échec.

Il ne s'agit pas de la volonté profane impliquant la notion de sacrifice mais bien autre chose que l'on nomme "Force Volitive". Le mage doit avoir une foi inébranlable en son action.

II - LA PÉRIODE

Dans le cadre d’un d’envoûtement, la cible doit être en état de "réceptivité" pour que le résultat puisse être atteint. C'est la raison pour laquelle tout travail se fera le plus souvent sur un individu assoupi ou endormi.

Le sommeil se réparti en plusieurs phases. Tout d'abord la phase du sommeil profond appelée "sommeil réparateur", après laquelle intervient celle du "sommeil de rêve".

C’est durant le "sommeil de rêve" que l'inconscient est le plus réceptif aux influences extérieures et donc aux signaux du voult. Ces deux périodes s'enchaînent toute la nuit par de petites périodes de temps de 15 à 30m. Mais les phases d'envoûtements peuvent aussi ce faire à une autre période.
On remarque néanmoins qu'à plus de 90% c'est à cette période que le mage oeuvre.

Notons aussi que certaines configurations astrales (heures planétaires, conjonctions etc.) sont requises en fonction du but recherché, de la cible etc.

III - L'IMAGERIE

La visualisation par association grâce à une statuette chargée appelée "Dagyde" (des éléments biologiques doivent y êtres intégrés tels que cheveux, rognures d'ongles, sperme etc. pour être "chargée" car ceux-ci sont de parfaits "témoins" ou "doubles" vibratoires reconnus de la cible) ou/et tout ce qui pourra servir à concrétiser les émotions lors du rituel (une photographie, des écritures, du parfum, un dessin, une représentation, un morceau de vêtement etc.) seront les éléments indispensables à la réussite magique.

En effet, ce que j'appel ici "l'imagerie" a pour fonction d'être un substitut au réel que l'on peu manipuler ou modifier selon sa propre volonté, en plus du fait quelle place le mage sur le même plan vibratoire que la cible.

 (Dagyde sur pierre d’autel – Galdor)

Quitte à le répéter, n’oublions jamais le principe d’analogie énuméré plus haut.
L'imagerie employée dans les arts sorciers est un mécanisme fonctionnant sur la réalité matérielle.

IV - LA DIRECTION

C'est l'accumulation et la direction subséquente des forces accumulées durant le rituel, orientés vers la cible ou le but à atteindre. Bien diriger ces forces est la relation siné qua non permettant d'éviter l'échec.

Nous le savons maintenant, il faut avoir une force volitive inébranlable! La rêverie, la contemplation, réduisent considérablement la productivité énergétique optimale utilisée lors du rituel. Il est donc important d’être fixé sur son but en étant complètement imperturbable.

V - LE FACTEUR DE BALANCE

Tout n'est pas possible par l’acte magique. Il est donc indispensable d’évaluer les possibilités en fonction des moyens. Prenons un exemple simple : une personne physiquement peu gâtée par la nature voulant séduire tout son contraire n'arrivera à rien!
Il faut apprendre à garder les pieds sur terre en ayant conscience des vraies possibilités et suivre ce
postulat :

"La Magie est un "élément" naturel et sa réussite dépend du fait qu'elle nécessite de travailler en harmonie avec la nature et non contre sa logique."

(Occultum Maître GALDOR)